Facebook Twitter Linked In

Situation de crise n° 12
Maintien du dialogue avec les non-grévistes

 
Partagez sur Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn

Un débrayage de quelques heures est en train de se transformer en grève durable : un groupe de grévistes s'installe dans la cour. Vous cherchez la bonne attitude pour convaincre ceux qui hésitent de ne pas les rejoindre...


La situation : contexte et événements

Les négociations salariales annuelles obligatoires (NAO) se sont conclues par un constat de désaccord de toutes les organisations syndicales. Le syndicat le plus important appelle au débrayage la semaine suivant la fin des négociations. La direction réagit peu à cette volonté de mobilisation syndicale en pariant sur le fait que le débrayage ne sera suivi que par un petit groupe d'adhérents et qu'il prendra fin rapidement. Le jour dit, les principaux délégués passent dans les locaux, distribuent un tract appelant à quitter les postes de travail et à se retrouver sur le parking à 11 h 30. Une quarantaine de grévistes suivent ce mouvement : les esprits s'échauffent contre les dernières propositions de la direction relatives à une augmentation générale de 25 euros nets. Les leaders se font déborder par quelques grévistes radicaux qui décident de bloquer la sortie avec des palettes. De fait, les équipes du matin se retrouvent dans l'impossibilité de rentrer chez eux. Vingt-quatre heures après le début du mouvement, 80% des salariés du site sont en grève. La production tourne au ralenti et la direction est confrontée à un conflit qui dure depuis plusieurs jours. Les non-grévistes se posent des questions et rejoignent le mouvement au compte-gouttes.

Les cookies utilisés sur ce site servent uniquement à produire des statistiques anonymes et sont strictement nécessaires au bon fonctionnement du site pour vous apporter une meilleure expérience de navigation.