Facebook Twitter Linked In Viadeo E-mail

 

Cartographier l'absentéisme grâce aux données sociales - interview de Guillaume Pertinant, Havasu


S'abonner

Abonnez-vous à la newsletter Lettre Pactes en renseignant votre adresse mail !
Pactes Conseil - Lettre Pactes n°36

 

Qu’apprend-on sur l’absentéisme à travers l’exploitation statistique des données sociales d’une organisation ?

Potentiellement beaucoup de choses car ces données sont très riches et les marqueurs d’absence également nombreux : fréquence, durée, saisonnalité des arrêts, évolution dans le temps, croisement avec les données sociales...
Nous arrivons in fine à souligner des collectifs concernés : par exemple des employés jeunes aux absences brèves, fréquentes et saisonnières, des seniors dont les parcours d’absence montrent une augmentation de la durée des arrêts, etc.

Cela suffit-il pour lutter contre l’absentéisme?

C’est un premier pas important. L’analyse statistique pose un diagnostic et mesure l’impact d’actions correctives. Elle introduit et facilite la conduite du changement pour la prévention mais ce dernier reste à mener par les acteurs.

Quels sont les principaux avantages de votre approche?

L’analyse des données sociales conduit à des diagnostics objectifs, complets, précis et rapides. L’objectivité dépassionne les débats. Exhaustivité et précision sont garantes de qualité et la rapidité réduit les coûts.
Cette approche de valorisation des données est par ailleurs très discrète. Et ceux qui se lancent constatent vite que leurs données sociales sont bien plus riches que ce qu’ils imaginaient au départ.

 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.