Facebook Twitter Linked In Viadeo E-mail

Offert : Votre
Pré-diagnostic
absentéisme

Téléchargez notre Guide sur l'absentéisme pour les managers

18/25 ans : une intégration difficile

L'enquête

Elle a été menée auprès d'un échantillon d'entreprises de toute la France, tant dans l'industrie (70%) que dans les services (30%). Les effectifs cumulés de ces entreprises représentent un peu moins de 20 000 salariés.

Le constat : un impact direct sur l'organisation et l'ambiance interne

  • Les avis sont contrastés en matière de qualité, de rendement et de sécurité. Selon les métiers et les process, les jeunes générations ont un impact positif ou négatif sur les résultats de l'entreprise.
  • L'impact négatif sur les statistiques de turn-over, d'absentéisme et de retard est constaté par 40 à 50% des entreprises. Le "symptôme" le plus fréquent est le retard en début de journée : il se traduit directement par des perturbations dans la gestion et l'organisation du travail.
  • De même, la situation se dégrade pour les conflits sociaux, le respects des anciens et des collègues (30% des entreprises). Plus grave, les incivilités (propreté de la tenue vestimentaire, du cadre de travail…) et le manque de respect pour l'encadrement sont signalés par 60% des entreprises. Les jeunes salariés manifestent leur désaccord ou s'opposent directement à leur supérieur hiérarchique, marquant leur difficulté à respecter les contraintes. Ces comportements sont plus marqués selon que le niveau de qualification est faible, mais sont parfois relevés chez des diplômés hautement qualifiés : le niveau d'études n'explique pas tout, et il faut sans doute impliquer l'éducation.

Les solutions : recrutement et intégration sous contrôle

  • Les entreprises réagissent à cette situation en verrouillant davantage le processus de recrutement : il s'agit dès le départ de détecter d'éventuels comportements " déviants ". Il peut même arriver que les futurs collègues du candidat, opérateurs et agents de maîtrise, le rencontrent et émettent un avis : s'il est négatif, le postulant sera écarté.
  • De même, le processus d'intégration est renforcé et comprend presque systématiquement des formations, sorte de sas entre le monde extérieur et celui de l'entreprise. Au programme, notions de base sur le fonctionnement d'une entreprise, les règles du jeu individuelles et collectives, mais aussi rappels sur les principes éducatifs élémentaires : éviter les retards, prévenir en cas d'absence, accepter l'autorité du supérieur hiérarchique…. Certaines entreprises recourent également au tutorat.
  • Phénomène caractéristique, beaucoup de cadres s'impliquent dans ces formations qui d'ordinaire, les mobilisent peu : il semble que les problèmes d'intégration des 18/25 ans, par leur ampleur, soient devenus aussi leur problème.
  • Contrepartie logique de cette implication, l'entreprise est plus exigeante vis à vis de ces jeunes salariés. Les dérives sont systématiquement sanctionnées, selon un principe " zéro tolérance ", et ces sanctions font souvent l'objet d'une publicité.

En conclusion : qui doit prendre le problème en charge ?

  • Les entreprises prennent le problème en charge par souci de préserver leur organisation, leur efficacité et leur ambiance interne : ne rien faire, c'est se pénaliser sur ces différents points.
  • Elles s'interrogent toutefois sur leur rôle social vis-à-vis de ces 18/25 ans : est ce bien à elles de (re)faire leur éducation ? pourquoi les parents, le système scolaire et universitaire ne jouent-t-il plus ce rôle ?
  • Il faut reconnaître a contrario que la précarisation croissante des emplois (intérim, CDD à répétition, licenciements soudains) a pu donner à ces jeunes l'impression d'être des " pions " que l'entreprise utilise à sa guise : dans ces conditions, pourquoi devraient-ils s'impliquer ? Enfin, il est évident que la "valeur travail", fondement d'une identité sociale et d'une reconnaissance de l'individu, s'est fortement brouillée au sein de cette génération.
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
En savoir plus Ok